lun.

09

mai

2016

Бессмертный Полк Bataillon Eternel

La célébration de la Victoire de 1945, dimanche, a été marquée par la présence de nombre de personnes d'origine russe. L'image était singulière et forte ! Hier dimanche, pour la commémoration du 71e anniversaire de la Victoire du 8 Mai 1945, à l'initiative de l'association Amitiés russes, nombre de personnes d'origine soviétique, de Montpellier.......

Le bataillon éternel du 8 Mai

La célébration de la Victoire de 1945, dimanche, a été marquée par la présence de nombre de personnes d'origine russe. L'image était singulière et forte ! Hier dimanche, pour la commémoration du 71e anniversaire de la Victoire du 8 Mai 1945, à l'initiative de l'association Amitiés russes, nombre de personnes d'origine soviétique, de Montpellier ou de la cité phocéenne, ont participé à la cérémonie du souvenir, avec la présence officielle du consul général de Russie à Marseille, Sergueï Molchanov. Leur présence n'est pas passée inaperçue puisque, pancartes ou tableaux à la main, ils ont brandi la photo, le plus souvent noir et blanc ou sépia, parfois un peu floue, de leur père, grand-père ou grand-mère, oncle..., tous tombés durant le conflit face à l'oppresseur nazi, qu'ils soient civils ou soldats.
Des photos des proches disparus Une tradition baptisée 'le bataillon éternel' et qui est née il y a un peu plus de dix ans.
« Les vétérans étant de moins en moins nombreux, les Russes ont eu cette idée de défiler avec le portrait de leurs proches qui sont morts à cause de la guerre », relate Jean Sayad, le président de l'association, ému par l'accueil chaleureux du maire Philippe Saurel et des représentants du monde combattant, qui les ont applaudis à leur arrivée sur l'Esplanade.
« Il faut savoir qu'aucune famille, qu'elle soit russe, ukrainienne, arménienne, biélorusse..., n'a été épargnée. » L'ex-URSS ayant payé, en effet, un lourd tribut avec plus de 26 millions de morts (*).
« Il y a eu de terribles massacres, des villages entièrement rasés, reprend Yulia Sayad, son épouse.
Aujourd'hui encore, des équipes d'adolescents qui partent à la recherche de soldats disparus retrouvent des charniers dans les forêts. » Alors, le bataillon éternel est là pour témoigner de la force des mémoires et pour transmettre aux jeunes générations le flambeau des disparus. Une jeunesse qui s'est illustrée, hier, puisqu'une collégienne de La Providence a lu
L'ordre du jour n° 9, du 9 mai 1945, du général de Lattre de Tassigny, que deux collégiens ont fait de même avec le message de l'Union française des associations de combattants et victimes de guerre et que les CE1 de Cécile Matias, de l'école Churchill, ont chanté avec ferveur les deux premiers couplets de
La Marseillaise. Ce 8 Mai 1945 avait décidément fière allure.
DIANE PETITMANGIN
dpetitmangin@midilibre.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0